Dis, à quoi ça sert l’IA ?
Image de téléchargement

Dis, à quoi ça sert l’IA ?

En 1956, Boris Vian enregistrait « La complainte du progrès », critique satirique de la société de consommation alors en train de se développer au détriment des relations humaines.

Et aujourd’hui, face à la montée inexorable de l’IA (et la perte de lien social), que chanterait-il ?

Ah Gudule, lâche ton smartphone, viens m’embrasser, et je te donnerai…

Une brosse à dent qui détecte les plaques de tartre,
Des lunettes de réalité augmentée,
Un bracelet pour calculer ton nombre de pas,
Un réfrigérateur connecté !
Une douche à commande vocale, pour choisir la température de ton eau,
Un robot de compagnie,
Des chaussures auto-laçantes,
Un capteur de déshydratation,

Et nous serons heureux !

Heureux ? En vrac, quelques applications de l’IA qui, n’en doutons pas, vont grandement participer à la complétude de notre bonheur…

Voyage, voyage

Bien que n’ayant pas été citée entre la brosse à dent et les chaussures, une expérimentation intéressante de l’IA est faite par le groupe IHG (Intercontinental Hotel Group) et Baidu pour des chambres « intelligentes ». Il s’agit là d’exploiter les possibilités des commandes vocales des outils développés par le géant chinois (enceintes connectées, lampe/enceinte, etc…).

Le système devrait être déployé dans une centaine de suites des 40 établissement de IHG en Chine.

Les professionnels intéressent beaucoup les fournisseurs de services en tout genre. Du coup, un zeste d’IA était inévitable. C’est chose faite avec les voyages d’affaires où l’IA s’immisce pour proposer de nouveaux services. Pour l’instant, les applications concrète sont principalement des Chatbots ou autres assistants virtuels (dont l’intelligence reste parfois assez relative). Mais il semblerait que ceux-ci soient en mesure d’être bien plus interactifs dans un futur proche (par exemple, Carlson Wagonlit Travel collaborerait avec Destygo pour un agent conversationnel élaboré et dédié aux réservations d’hôtels).

Avec les capacités de prédictions météo, l’analyse des voyages passés, la prise en compte des habitudes du voyageur ou l’intégration des contraintes liées à l’agenda professionnel, il est possible d’élaborer des systèmes de plus en plus « intelligents » qui pourront proposer des options de déplacement de plus en plus pertinentes. L’organisation des déplacements professionnels est consommatrice de temps. Elle pourrait s’en trouver faciliter (encore que j’aime bien choisir moi-même mon hôtel au final sur la base de critères que je ne peux pas expliquer. Mais si une IA arrive à déterminer par l’analyse des déplacements précédents comment je choisis, ça devient intéressant 🙂 ). Lire aussi : gpomag

Si j’avais un marteau, je construirais…

Dans une précédente note, j’ai déjà évoqué l’usage de l’IA dans le bâtiment durable. Cependant, la mise en oeuvre de technologies intelligentes touche d’autres aspects de la construction. Ainsi, le suivi des chantiers et, notamment, la dimension sécurité de ceux-ci semble pouvoir exploiter les capacités de l’IA proposée par NVIDIA (qui investit beaucoup dans ce domaine). Des drones équipés de caméras, couplés à la plateforme NVDIA AI seront donc en mesure d’analyser les chantiers de construction et d’anticiper les risques (et donc de prévenir les accidents).

Il y a déjà plusieurs années, j’avais eu l’occasion (mais c’était de la « vieille IA ») de travailler sur un système d’aide au calepinage (c’est à dire à l’optimisation de la construction d’un bâtiment et à l’utilisation des éléments de chantiers à déployer).

À présent des expérimentation de l’IA dans la construction tentent, par exemple, d’exploiter la capacité d’un programme à générer automatiquement des plans à partir de règles d’optimisations de déplacements, notamment (sans tenir compte des coûts de construction et la faisabilité). Les résultats sont donc perfectibles :

L’association d’un algorithme « génétique » de ce type couplé avec des règles de construction plus conventionnelles et d’optimisation des coûts pourrait aboutir à des résultats intéressants.

Assurez-moi, assurez-moi, oui mais pas tout de suite, pas trop vite

Selon une étude de McKinsey, l’Intelligence Artificielle va avoir un impact sur le domaine de l’assurance (il serait d’ailleurs étonnant de trouver un secteur sur lequel l’IA ne va rien faire).

À l’horizon 2030, l’IA permettra d’optimiser la conception des contrats et l’analyse des profils de risques réduisant ainsi les temps et coûts de génération des contrats. Mais d’autres applications de l’IA directes ou indirectes viendront modifier le monde des assurances (présence d’objets connectés collectant des informations utiles lors de la réalisation d’un risque). L’usage des véhicules autonomes, par exemple, influera aussi sur le calcul des primes d’assurance et le montant des frais selon que l’utilisateur aura ou non débrayé le système.

Bref, l’IA va contraindre les assureurs à évoluer. Le métier des actuaires va être bouleversé (et leur nombre), la gestion des procédures contentieuses profondément repensée et les méthodes d’analyse des risques (avant et après leur survenue) remodelées.

J’ai la rate Qui s’dilate J’ai le foie Qu’est pas droit

Pour conclure aujourd’hui, ce florilège de quelques applications de l’IA, il faut évidemment citer la santé, secteur de prédilection  de ces technologies. Ainsi, par exemple, l’IA a-t-elle historiquement été utilisée en diagnostic médical avec un des tous premiers systèmes experts (Mycin).

Plus récemment, le Deep Learning et des approches avec apprentissage ont été mises en oeuvre pour l’aide au diagnostic du cancer : Desiree est ainsi un projet européen de traitement et le suivi des patientes atteintes de cancers du sein, Watson Imaging Care Advisor for Liver est un environnement pour la détection, la caractérisation, le suivi, la surveillance du cancer du foie. En mars 2018, lors du Congrès de l’Association Européenne d’Urologie des chercheurs chinois ont présenté un système de détection du cancer de la prostate avec une précision équivalente à celle d’un médecin humain. Le MIT travaille de son côté sur le dépistage du cancer du sein.

 

Et je pourrais continuer encore longtemps en évoquant écologie, environnement, transports, défense, sécurité… et toutes les nouvelles applications qui seront découvertes d’ici mon prochain post. Restez connectés pour ne pas rater une nouvelle expérience de bonheur…

 

Images Pixabay