Le baromètre du numérique 2017 confirme la progression du mobile.
MabelAmber / Pixabay

Le baromètre du numérique 2017 confirme la progression du mobile.

 

L’édition 2017 du baromètre du numérique confirme l’appétence des Français pour les smartphones. Ils sont en effet 73% à en être équipés en 2017, en progression de 8% en un an, contre moins de 25% en 2011. Pour preuve de cet engouement, 42% des connexions à internet se font via un smartphone et 38% par ordinateur. Les messageries instantanées depuis le mobile sont en passe de supplanter les SMS avec 43% d’utilisateurs. Les trois-quarts de la population française se connecte quotidiennement, en hausse de 2 points en un an.

Au niveau des usages, les deux-tiers des citoyens ont déjà réalisé une démarche administrative en ligne, devançant ainsi l’Allemagne (55%) et le Royaume Uni (53%). Ce score progresse de 5 points en un an.

Mais ces résultats ne doivent pas occulter les inégalités d’accès et d’usage sur le territoire. 12% de la population, soit 7 millions de personnes, ne se connecte jamais à internet et 52% des Français considèrent qu’ils ne profitent pas suffisamment des opportunités offertes par les nouvelles technologies. Ces chiffres confortent l’ambition du gouvernement de fournir une couverture 4G de l’ensemble du territoire d’ici 2022 (voir mon article). Lors de la présentation de l’étude le 27 novembre 2017, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État en charge du numérique l’a confirmé : « Notre ambition est de faire de la France une société numérique performante et humaine qui permette à tous les citoyens d’accéder à leurs droits et de s’approprier les usages et potentialités numériques.
Nous guiderons vers l’autonomie numérique ceux qui le peuvent, et maintiendrons un accompagnement humain pour ceux qui en ont besoin. »

Si les Français sont donc des utilisateurs réguliers de leur smartphone, un détail a, pour l’instant, semble-t-il échappé à leur sagacité : seulement 59% des utilisateurs (Français) sont informés de la fin des frais d’itinérance en Europe. Par manque de communication peut-être de la part des opérateurs ? 😉

Du coup, les économies ainsi réalisées permettront-elles aux opérateurs de couvrir rapidement l’ensemble du territoire en 4G ? Réponse en 2022…

Cette étude annuelle menée depuis 2000 est réalisée par le CREDOC à la demande de l’ARCEP, du CGE et de l’Agence du numérique auprès d’un échantillon de 2209 personnes représentatives de la population des 12 ans et plus selon la méthode des quotas.