La SCNF n’envisage pas d’indemniser les abonnés

La SCNF n’envisage pas d’indemniser les abonnés

Après les grèves qui ont perturbé, notamment, la circulation des trains, certains abonnés se demandaient comment la SCNF compenserait les désagréments subis. Par exemple, sur la ligne Rouen-Paris, les voyageurs ont subi des arrêts supplémentaires, des trains supprimés et des retards quotidiens. Le 30 mai, entre autres, les voies étant bloquées par des manifestants, c’est avec une heure de retard (et après avoir fait changer les voyageurs 3 fois de quai) que ceux ci sont arrivés à Paris.

Ces voyageurs n’avaient (et n’ont) pas d’autres solutions que la SNCF pour faire ces AR. Notamment parce qu’ils avaient payé leurs abonnements mensuels ou annuels.

Pour les 23 jours de grève recensés (décompte publié dans la presse ici et ) la réponse de la SNCF est claire et a été adressée par mail à ceux qui demandaient une compensation : circulez (en train), il n’y a rien à voir !

Vous attendez un dédommagement en raison des difficultés que les perturbations ferroviaires ont entraînées dans votre quotidien.
Tout d’abord, croyez bien que SNCF regrette sincèrement tous les désagréments vécus par l’ensemble de la clientèle et tout particulièrement par les Abonnés Forfait et Fréquence. Malheureusement, il n’est pas prévu de compensation particulière à la suite de ces perturbations. En effet, sur l’ensemble des axes, des circulations ont pu être assurées pour transporter quotidiennement la clientèle aux horaires utiles et lui permettre ainsi d’effectuer les trajets domicile-travail.
En situation de trafic perturbé, la priorité de l’Entreprise est d’établir un nouveau plan de circulation pour permettre à ses clients d’effectuer leurs trajets en toute sécurité, malgré des conditions d’acheminement inhabituelles. Pour cela, elle mobilise le maximum de ses ressources disponibles en hommes et en matériel. SNCF est bien consciente de la gêne occasionnée et regrette sincèrement ces situations, et tout particulièrement pour la clientèle Abonnés.

Donc la SNCF est bien consciente que les abonnés ont subi des désagréments mais elle encaisse les abonnements sans faire un geste ! Cette attitude est déplorable face à des voyageurs qui se lèvent tôt et rentrent tard le soir et dépensent autour de 500 à 630 euros/mois de transport et parking. La mobilisation des abonnés pourra-t-elle faire changer d’avis la direction ? Comment expliquer que la direction aurait évoqué des « remboursements d’abonnements aux usagers » pour évaluer le coût de la grève alors qu’elle a adressé le message ci-dessus ?